jeudi 24 décembre 2009

Genre et consommation

Gang, c'est Nawel (ou les Saturnales, rendu là...)!

Et qui dit belle fête de même, dit joie, paix, amour et crissez-vous des vollées pour le dernier Transformer dans l'étalage du magasin.

J'en profite donc pour partager des petits vidéos qui m'ont bien fait rire et gricher des dents (oui oui, les 2).





Via Feministing et Pourquoi pas Elle?

Amusez-vous bien!

Frohe Weihnachten und ein gutes neues Jahr!

vendredi 18 décembre 2009

The Tar Sands Blow...

Aujourd'hui j'étais vraiment gênée... J'écoutais Harper et j'ai calée ma tuque. Le froid avait rien à y voir... il est vraiment con.

Pourtant, je me suis même assurée de lui dire ce que je pensais de ses positions douteuses en terme d'environnement. Je lui ai écris même téléphonée, sans résultat. J'ai tout bien compris ça il y a quelques minutes à la radio.

Le présent est brûlant... demain, troublant !

Bonne chance gang, on a pas fini !

jeudi 17 décembre 2009

C'est comme ça que ça se passe dans le temps des fêtes...



Un p'tit coucou rapide pour des coups de coeur...

Premier coup de coeur : les magasins partages de montréal.

CHAPEAU !!

J'ai mal aux pieds, la tête qui résonne des mêmes 6 chansons de Noël, mais le coeur à la fête et au patage.

C'es rare que nous avons l'occassion de voir le résultat de nos efforts... Bref, génial !


Hier, J'ai découvert ceci à Christiane Charette, j'ai vraiment aimé. C'est une belle revue de l'année. Jean-François Dumas est un excellent vulgarisateur, j'étais pendu à ses lèvres...

Son site internet : Influence Communication où il est possible de télécharger la revue de l'année complète. Des chiffres, ont aime ça.

Un exemple, nous en aurions pour plus de 32 ans, 24 heures sur 24 à voir et revoir l'asermentation d'Obama... ça c'est de la diffusion... Et je pensais pas non plus que le maire de Québec avait plus de diffusion que Pauline Marois, notre opposion officielle... et ben !

Bref, j'étais sous le charme !



lundi 7 décembre 2009

6 décembre 2009

Alors, voilà pour vous, pour Pwel

Il faisait un froid de canard... désolée, je suis mauvaise caméraman...

mais c'est fait avec amour

N.L.

20 ans depuis polytecnique....«C'est plus que de la violence faite aux femmes qu'on a vu ce jour-là. C'est une attaque contre le progrès.»





Et c'est seulement maintenant que les choses sont réellement nommées, véçue, exprimées et surtout revendicatrices.

Oh ! bien avant, on parlait d'un fou... maintenant, c'est le symbole d'un crime contre les femmes. J'ai entendu des femmes de tous les âges affirmer : terrorisme contre le féminisme.

J'ai trouvée ça fort... Puis, ma voisine de chaîne humaine m'a demandée mon âge. "J'ai 29 ans. J'avais 9 ans, mais ça me disait pas grand chose, quand j'ai vue le film... J'ai compris".

J'ai compris ce qui c'était passée en décembre '89....

«C'est plus que de la violence faite aux femmes qu'on a vu ce jour-là. C'est une attaque contre le progrès.»


Mais ce dimanche, dans ce froid de canard, c'est autre chose que j'ai compris. Cette femme, qui avait une fille de mon âge, était loin d'être triste. Elle était en colère.

" Ça m'a prit 20 ans, 20 ans... j'étais tellement fâchée. C'est la première fois que l'on ouvre vraiment le débat. Que l'on nomme les choses. C'est être émotif sur un méchant temps. 20 ans et déjà... On veut reculer, maudit Harper... y a rien comprit".

Elle était belle dans sa colère. sincèrement.

Elle tenait la main de son mari, un ingénieur, homme souriant et fière de sa douce. C'était étrange comme moment. Toutes ces femmes, ces hommes, ces enfants, ces personnes âgées, hétéro, gay, triste et révolté, nous y étions tous. Tous unis dans un discours qui dénonçait la violence faites aux femmes de partout à travers le pays.

Partout.

Et partout, c'est pas mal de place en même temps... Nous avons tellement de choses à faire, de préjugées à combattre. Comme l'équalité n'est pas acquise... ooh oui, nous avons encore beaucoup à faire.


J'ai été touchée par chacune d'entre elles, les femmes des centre d'hébergement, les femmes autochtones, les femmes lesbiennes... et ces voix d'hommes, fier d'être homme et qui prennent possition contre la violence : pour leur mère, leurs soeurs, leurs filles, contre la violence tout simplement.





La couverture des média est vraiment bien, le devoir, cyberpresse avec Marie-Claude Lortie, mais son texte ici, est excellent et illustre vraiment bien la situation.

J'ai fait des vidéos, je vais tenter de les mettres sur le blog sous peu.

En tout cas, il en reste pas mal à faire... J'espère que vous êtes tous en forme :)






jeudi 3 décembre 2009

Événements commémoratifs de la tuerie du 6 décembre : du 4 au 19 décembre 2009


La tuerie de l’École Polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989, au cours de laquelle 14 femmes ont été assassinées, a laissé des traces profondes dans la société québécoise ainsi qu’au Canada et ailleurs dans le monde. La commémoration du 20e anniversaire de cette tragédie sera l’occasion de la tenue d’un colloque international prestigieux regroupant des chercheures et chercheurs de différentes disciplines ainsi que des représentantes de groupes de femmes et communautaires, syndicaux et d’organisations non gouvernementales. Ce colloque international aura lieu à l’UQAM du vendredi 4 au dimanche 6 décembre 2009. Il s’insère dans une programmation en plusieurs volets dont un grand rassemblement, une exposition thématique et une exposition d’art visuel à la Galerie de l’UQAM où, pour la première fois en sol québécois, le public aura accès à la démarche des Guerrilla Girls.

S'inscrire au colloque international (des frais s'appliquent pour le colloque mais le reste est gratuit).

Programme des évènements


Y que des fois je m'ennuie de Montréal... Surtout pour aborder ce sujet là! Je ne l'aurais jamais cru, mais chez-nous on a vraiment de l'avance sur ce que j'ai pu constater de l'Allemagne à propos des questions féministes. Ah! Et je me fais traiter de nord-américaine prude ("Mais c'est une blague voyons!") parce que moi je trouve ça choquant qu'on trouve normal que les femmes soient un produit de consommation...

Ça me radicalise tout ça (euh... Une féministe radicale qui se radicalise? :P)

Mais bon, la "bonne nouvelle" c'est que je me suis découvert tout à coup un sentiment identitaire très fort avec le Québec^^.

Bon colloque gang (moi c'est là où je serais allée)!

lundi 30 novembre 2009

Chuck Norris schafft den Bachelor in Regelstudienzeit


Un autre souvenir pour vous, cette fois-ci de la ville de Münster. Vous connaissez les Chuck Norris facts? Ben le mouvement étudiant (ici Die Linke SDS, groupement étudiant universitaire de gauche qui voit la lutte étudiante comme faisant partie d'une lutte anticapitaliste plus globale, mais qui est aussi antifasciste, antimilitariste et écologiste) a fait des autocollants qui veulent dire « Chuck Norris a fait son bac dans le temps prévu ».

Haha! Maintenant que je sais que Chuck Norris a été capable, je me sens moins mal d’avoir débordé des trois ans prévus… Je ne suis qu’humaine^^.

Ça me fait penser que présentement en Allemagne il y a plein d’universités en grève et/ou sous occupation étudiante en ce moment. Ça fait bizarre de seulement regarder. Surtout que les thèmes abordés me sont malheureusement bien connus...

vendredi 20 novembre 2009

La constellation des PPP

Ce qui me fait rire ce n’est pas que l’Agence des partenariats public-privé ait été biaisée (ça au contraire ça me fait hurler). C’est que tout à coup tout le monde s’en formalise seulement quelques millions plus tard. C’est une agence qui servait à prouver que le privé est une meilleure option. Pas pour comparer, seulement pour convaincre.

Autre exemple: pour comparer les dépenses plusieurs années à l'avance, les comptables ramènent tout en dollars d'aujourd'hui grâce à un «taux d'actualisation». Plus le taux utilisé est élevé, plus la formule PPP est avantageuse pour les contribuables. C'est ainsi qu'en utilisant un taux de 8 % au lieu de 6,5 % pour les autres projets de PPP (ou de 4 % comme c'est le cas en France et en Angleterre), l'Agence a pu faussement démontrer les avantages du privé.

Et avons nous oublié que le principal consultant est un libéral notoire et ami personnel de Monique Jérôme-Forget?

M. Lortie recevait 1250 $ par jour, trois jours par semaine. L'homme a été recruté sans appel d'offres compte tenu de la complexité technique du dossier et de «sa haute visibilité», a justifié le Trésor.

Et cette information n’était pas écrite dans un obscur rapport, ça avait passé dans le journal à l’époque!

Sans parler des mêmes firmes expertes qui reviennent un peu trop souvent à mon goût dans les analyses et études qui sont réalisées dans ce règne libéral…

Qui plus est les firmes d'experts-comptables, comme PricewaterhouseCoopers, engagées par Pierre Lefebvre pour préparer les dossiers d'affaires et réaliser les analyses, étaient à la botte de l'Agence des PPP, désignée par le vérificateur sous le vocable «PPP Québec». Encaissant des millions pour leurs services, ces firmes «n'ont pas agi comme des experts indépendants ayant pour objectif de critiquer et de remettre en question les hypothèses posées par PPP Québec, qui les recrutait» écrit Renaud Lachance.

Bref ce que le Vérificateur général vient de nous « faire découvrir », c’est que l’eau qu'on a bu il y a quelques années... ben elle était mouillée.

Ce qui me touche dans cette histoire, c’est cette capacité à faire passer l’idéologie avant le bien commun.

Je ne crois pas que notre belle gang de Libéraux (pas seulement politique!) soit un groupe de monstres qui riaient autour d’une bonne bouteille en se grattant mutuellement le dos. Je crois qu’ils et elles étaient fondamentalement convaincus de la supériorité des PPP. Pour ces gens, il ne pouvait pas en être autrement. Ces gens sont tellement aveuglés par leur dogmatisme qu’ils n’ont pas l’impression de tricher.

Mais je suis peut-être trop positive…

La suite de l’histoire nous montrera également jusqu'à quel point l’aveuglement idéologique pourrait être plus fort que le bon sens. En espérant que d’autres les arrêtent.

Reste que je crois que toute cette histoire écrite dans le ciel…

lundi 16 novembre 2009

Il y a des langages internationaux...


Un petit souvenir de ma fin de semaine à Marburg. Allez savoir pourquoi je me suis dit que vous alliez l’aimer celle-là…

Je viens d’écrire "fin de semaine" mais c est quelque chose que je ne peux pratiquement plus dire… Mes élèves (qui ont entre 14 et 19 ans) ont appris le français de France. Ils partent en week-end, font du shopping et ont des hobbies.

Mais ils sont super adorables pour apprendre des mots québécois. Ils disent déjà qu’ils et elles ont des blondes et des chums.

Par contre, c’est beaucoup moins adorable quand ils profitent de mon mauvais allemand pour me faire tourner en rond et expliquer pendant super longtemps un mot qui se dit exactement de la même manière en allemand. Les plus vieux sont corrects, mais les plus jeunes n’ont pas l’air d’avoir 14 ans, mais 7. C’est les plus turbulents, mais aussi les plus attachants… J’ai souvent envie de les étrangler et de les féliciter dans la même période.

J’en profite pour lever mon chapeau aux vrais profs de métier. Jamais je ne veux faire ça comme "vrai travail".

mercredi 28 octobre 2009

LIPDUB pour Régis Labeaume

C'est être dans le vent que de faire des lipdum OMG !

Nah ! sérieusement, je l'ai trouvé pas mal amusante. Je crois que le meilleur bout c'est : Que Régis est le roi de l'univers, que Québec c'est lui qui l'a découvert, .

''Conquérir montréal et laval''... malade !!

J'adore !!

La fin du néandertal

AmiEs montréalais et montréalaises, que vous votiez ou non, ça devrait vous intéresser. Plein d'idées politiques et citoyennes pour améliorer notre qualité de vie. C'est un peu trop "message électoral", mais toute cette tenacité, et cette recherche de solutions au lieu de tomber dans le cynisme ou l'immobilisme, ça fait du bien à voir.



Via La Tribu du Verbe.

dimanche 18 octobre 2009

coup de coeur !

Je suis méga quétaine, j'aime pas particulièrement la toune, mais le clip des comms' à quand même de la gueule. Pwel, si l'UQAM est pas belle sur un écran de même, non mais !!!

Je sais, je suis vendue ^^


Ajout : 20 octobre 2009 :


lundi matin, entendu sur les ondes de radio-can (merci René) comme si on avait lu dans ma tête un court "reportage" sur la gang de l'UQÀM, les new vidette de youtube.

Les personnalités de la semaine de La Presse

Marie-Ève Hébert et Luc-Olivier Cloutier ont réalisé un clip le mois dernier qui a fait le tour du monde. Le lipdub de l'UQAM a été vu par plus de 1,5 million personnes sur YouTube, en plus d'avoir été diffusé sur des chaînes américaines, brésiliennes, japonaises et australiennes.


On peut entendre le tout ICI !


Bonne écoute :)

jeudi 8 octobre 2009

La domination masculine de Patric Jean

Agréablement surprise de le découvrir.

En novembre il sort un film qui s'appelle La domination masculine, pour lequel il a interviewé plein d'hommes, dont des masculinistes.

sur www.ladominationmasculine.net from Black Moon prod on Vimeo.



Ma réaction à été partagée. D'abord amusée, puis fâchée, je suis devenue franchement dégoûté. Et tout ça fait peur je trouve. À cause du manque de tite-gêne de ces gens à présenter leurs idées anti-femmes devant une caméra. Que dis-je manque de tite-gêne? Plutôt une espèce de fierté.

Ça fait vraiment peur...

Dans les extraits que j'ai regardé il y avait beaucoup de phrases comme depuis la nuit des temps ou c'est ça la vérité. Des phrases qui n'ont rien de scientifique mais qui ont tout du dogme. Dans le même sens, dire que ce sont les hommes qui ont créé la technologie, c'est tenter de faire oublier que les femmes n'ont pas eu le droit de toucher aux sciences et à la technique pendant bien longtemps.

D'autres exemples édifiants:

-Toujours le discours sur la Nature: les hommes sont fait pour adapter et les femmes pour s'adapter.

-Ce sont les hommes qui transmettent la civilisation.

-L'égalité ce n'est pas productif.

-L'élaboration du "monstre pédophile" c'est pour détruire les hommes.

-Le père est là pour défaire la relation malsaine qu'il y a entre la mère et l'enfant.

Classer ce genre de discours comme étant le fait d'une poignée de minoritaires ferait oublier que ces minoritaires sont la frange visible et extrême de pensées et de comportements sociétaux qui sont acceptés et encouragés.

Moi je pense qu'on avait besoin de ce genre de film, et j'ai hâte de le voir.

Messieurs, une pétition seulement pour vous mise en ligne par Jean. À faire circuler.

Son blog

lundi 28 septembre 2009

Pierre Falardeau (1946-2009) - Mort d'un libre-penseur fort en gueule

Encore ce matin, nous en parlions en arrivant au bureau. Ma directrice, une algérienne d'origine avoue avoir eu le cafard durant toute la journée de dimanche. Étrangement, nous avons tous gardé une minute de silence. 

Je sais pertinemment que tous ne sont pas d'accord avec ses propos ou ses idéaux, mais il assumait ses idées... c'était déjà pas mal.

Bref, j'aime beaucoup l'article du devoir... à lire et à se souvenir 


jeudi 24 septembre 2009

L'équipe Embaume

Et patati et patata petite patate tant pis pour toi.

5 bonnes raison d'appuyer l'équipe Embaume:

1. La construction d'un aréna de hockey est une de vos plus grosses valeurs

2. Vous souhaitez qu'il y ait plus d'économie positive à Québec

3. Vous aimeriez qu'il y ait moins de barbares

4. Vous aimez l'idée de cacher l'édifice G par d'autres édifices

5. Vous ne vous sentez pas à l'aise dans un dîner de cons


Québec 2014 est particulièrement instructif
. Je pense que ces gens là ont bien cerné le côté visionnaire de Labeaume.

Merci à Nicolas, via Voix de faits.

mercredi 23 septembre 2009

Pwel change de vie

En direct de l'aéroport de Londre, en attendant ma connection pour l'Allemagne, en payant une salade sûrement trop cher (des livres? C'est quoi le taux de change pour des livres?) et en manquant dramatiquement de sommeil (l'heure dit midi et quelques mais dans mon moi je sens qu'il est 7h et quelques et j'ai ben de la misère à trouver un spot pour m'étendre), je pensais à vous.

Oui oui, vous.

Vous, les fidèles et les égaréEs de google. Vous qui pouvez être 12 ou 82 à passer dans une journée. Vous qui avez le lien sur votre ordi ou qui tappez "AFESH à marde", "blague corse indépendantiste branle", "recherche armée de mercenaire à vendre" ou "effets secondaires de poux" pour vous rendre ici.

Gang, je suis partie.

De ma simili grande ville je m'en vais dans un patelin. D'étudiante, je vais devenir enseignante. Et de très à laise dans la langue du coin je vais devenir complètement perdue en allant faire mon épicerie.

Je n'ai aucune idée de ce qui va se passer ici. Nat est encore au poste, moi on verra comment va tourner mon aventure. Je n'ai jamais voulu entrer dans le personnel sur ce blogue, je vais peut-être en faire un autre dédié à mes nouvelles difficultés à enseigner une langue seconde au niveau secondaire... Hihi! J'imagine déjà qu'ils et elles vont tous me détester, ça ne peut pas être pire que ce que j'imagine. Avec beaucoup de chance et d'effort je vais m'en sortir avec une quatrième langue dans mes poches... et je leur aurai appris que le français c'est loin d'être une langue moche.

Attention à vous tous, et continuez à vous amuser.

jeudi 10 septembre 2009





Jeudi 10 septembre, de 11h30 à 23h.

14 h à 17 h Exposition de documents historiques et de messages de partenaires
sociaux
Kiosque livre (La naissance de l’UQAM)

17 h à 23 h Fête de la communauté (syndicats et associations étudiantes)

17 h à 17 h 30 Fanfare Pourpour

17 h 30 à 18 h Mot de bienvenue (Michèle Nevert)

Hommage aux partenaires sociaux (Roland Côté)

Hommage aux « bâtisseurs » (Guy Dufresne)

L’avenir de l’UQAM (Alexandre Leduc, SÉtuE) (étudiant en Histoire... on s'attache)

(Charlotte Guay-Dussault Étudiant-es)(elle est vraiment bonne ^^ j'la connais)

Bon anniversaire UQAM !
18 h REPAS (ambiance musicale offerte par la radio étudiante CHOQ-FM)

19 h 30 à 20 h Loco Locass (yeahhh)

20 h à 23 h Bal populaire (CHOQ-FM) (j'aime l'UQÀM et ses activité populaire... comme le métro populaire ;P)


C'est un peu tard, mais je viens seulement de tomber sur la programmation par le biais de la SÉTUE
Néanmoins, parce que j'en suis bien fière (j'suis fière de ma gang de la SÉTUE, tu lé ou tu le pas sté pis surtout que j'ai suivis leurs efforts depuis l'an passé !!!! on parle ici de grande persévérance) voici donc leur adresse afin d'être au parfum de tout tout tout...

Alors, fêtons les 40 ans de l'UQÀM, la fin des négo avec la SÉTUE !!

jeudi 27 août 2009

Les fausses femmes

Il y a une espèce de terreur des caractéristiques "non-féminines" que possèdent les femmes. Mais si elles les possèdent, comment est-ce que ça peut être classé comme non-féminin? Par un adroit et séculier tour de force qui consiste à ordonner AUX femmes ce qu'est UNE femme. À partir de là, toutes les caractéristiques non-voulue sont simplement rejettées comme étant "l'exeption". Sans se soucier de la réalité, la pensée patriarcale d'un coin géographique donné va décider qu'être forte, ambitieuse ou réfléchie c'est masculin ou féminin. Là est la contradiction de taille.

Si une "essence de la femme" existait, il n'y en aurait qu'une. Et ainsi, une femme ne devrait pas être fémininement douée pour faire les durs travaux des champs au Mali et en Chine, quand ici elle est fémininement faible et incapable de travailler dur physiquement.

Mais revenons à cette terreur.

Cette peur est de la même nature que celle qui sert à délimiter jalousement le "eux" et le "nous". "Nous" avons telle ou telle caractéristique spéciale, donc nous avons droit à ceci ou cela. "Eux" ne sont pas dans notre groupe, donc n'y ont pas droit. Pire quand "ils" l'ont, ça devient illégitime et doit être combattu étant donné que le "nous" se retrouve en position de danger de "perdre ses privilèges et ses droits".

Ainsi, des femmes ayant des caractéristiques "non-féminines" sont menacantes parce qu'elles viennent jouer dans "qu'est ce que la masculinité dans le fond?", ce qui n'est pas si loin de "mais pourquoi est-ce qu'on considère comme une normalité que les hommes possèdent le pouvoir politique et économique?"

Évidement, ça fait peur à certains qui sont du bon côté du rapport de domination, mais ce comportement peut aussi faire souffrir des hommes qui ne se retrouvent pas dans les cases hermétiques de féminité et masculinité. Pour les dominants, il faut donc débusquer ces femmes qui dans le fond, n'en sont pas, et toujours considérer le débalancement du rapport de domination en défaveur des hommes comme étant anormal, sans jamais considérer que le rapport en lui même est anormal.

Tapper sur la tête des femmes parce qu'il n'y a pas plus d'hommes qui veulent enseigner à des enfants, quand on se s'arrête jamais pour se demander pourquoi ce n'est pas socialement bien vu pour un homme d'être affectueux, patient et attentif avec les enfants en général.

Une discussion rigolote et un article qui m'ont amené cette réflexion.

mercredi 26 août 2009

Contre-Manif jeudi 27!

En clamant haut et fort la liberté d'expression, des extrémistes ont l'intention de manifester jeudi soir. Un aperçu de leur expression (qui est libre après tout).

pour faire savoir au monde et gouvernement que nous les canadiens trouvons quil ya trop d immigrants et que ils auraient juste des points positif de les retourner chez eux... xmen

il n est pas question d'organiser une bataille rangée mais une marche de protestation afin de se faire entendre du reste de la population, afin qu ils sachent que bon nombre de leurs concitoyens souffrent de la présence des sauvages d étrangers.
Après si ça se passe mal et qu il y a des violences sur les protestataires, ca sera un mal pour un bien, puisque surement pleins de gens verront que ces connards ne connaissent pas et ne respectent pas la démocratie, et tapent sur toute personne qui s oppose a eux.
Ghotcom

moi a votre place je contacterais les autorités pour avoir une escorte et pas se retrouver a un contre 1000...
ils doivents vous escortez c'est la loi.
jai deja vu ca dans une marche du KKK dans une ville pleine de sous hommes :P les flic tabassais pour defendre les kkkiste.
DaveSS

Parc Lafontaine, côté Papineau.
18:30

À faire circuler, et merci à ceux qui surveillent de près ce genre de groupes.

Évidement, vous me connaissez, je conseille fortement la non-violence verbale et physique. Mais une présence en masse.

Au pire (mieux?), ils vont être trop désorganisés et ne se pointeront pas, ou vont être quatre.... Mais quoiqu'il en soit, contre le fascisme il faut agir.

lundi 24 août 2009

Une belle job de peinture à venir...

Voilà ce qu'est devenu le deuxième étage du A.



Est-ce qu'ils pensaient qu'en mettant des couleurs nous allions moins être agressés? Haha! Le mur extérieur de sc po est genre rose vraiment pâle.. Il est beau le jaune du mur d'histoire et philo... mais ça change rien dans nos coeurs.



C'est de la provoc!!!^^



Au moins, c'est un beau canevas vide qui attend une nouvelle génération de peinture que les étudiantEs auront fait. On se rappelle qu'appart les associations étudiantes, un syndicat, et le café Aquin, il n'y a rien dans ce secteur. Pas de classes. Les anciennes peintures n'ont jamais dérangé qui que ce soit.

Je ne sais pas si ils vont faire de la représsion vraiment intense si les étudiantEs s'activent. Ils doivent bien s'y attendre non?

Et moi? C'est venu me chercher parce que ça fait partie de la nouvelle tangeante de la direction de non seulement favoriser l'attitude clientEs (vs étudiantEs), mais également de faire sentir à ceux qui veulent avoir une vie estudiantine qu'ils et elles sont de trop. Mais je me sens déjà loin...

J'ai fini mon bac cet après-midi. Je suis allée porter mon dernier travail qui m'avait suivi tout l'été. Ouf! Faire son projet de recherche en été, pas de cours, c'est moins l'fun que ça en avait l'air!

J'ai été admise à la maîtrise, mais je ne me suis pas inscrite. Je suis un peu tannée de l'UQAM et de Montréal. C'est sur que je vais faire une maîtrise, mais bon... Même si plein de gens commencent leur doc au moment où je fini mon bac, je ne suis pas complexée de mon âge... J'ai vécu tout plein, et quand je suis entrée à l'université je m'y suis mis sérieusement et à temps plein. J'ai aussi trouvé le temps de m'impliquer dans différents comités et pour une fille qui disait qu'elle ne voulait pas s'impliquer, j'ai fini par être sur l'exécutif de mon association étudiante modulaire. C'est ingrat comme implication. Mais j'ai rencontré des amiEs extraordinaires, et j'ai fait vraiment des trucs dont je suis fière, c'est ce qui va me rester.

Ça fait cinq ans que je suis à Montréal, c'est le temps de bouger. Cinq ans c'est le top de mon sédentarisme. Même petite, des fois ma famille changeait de région à chaque deux ans. Et là j'ai vraiment la bougeotte.

samedi 22 août 2009

Des réappropriations qui passent mieux que d'autres

À première vue je me suis dit: "L'idée est cute, ce n'est pas vilain pour les yeux et ça fait se rapprocher des gens qui ne se seraient pas connus".

Mais quelque chose me chicotait sans que je sache trop quoi... Finalement, en lisant j'ai mis le doigt dessus. C'est la prétention d'invitation ouverte quand finalement les codes pour se faire inviter autant que pour "être dans la gang" sont stricts et difficilement accessibles (et chers!).

M-C Lortie a frétillé d'excitation pendant toute la journée de jeudi (5 billets sur le sujet), pour finalement faire une p'tite colère vendredi parce que ce n'est pas tout le monde qui trouvait l'idée aussi excitante. Et ce matin elle en remet, et toujours le même mot "accessible", quand c'est elle-même qui écrivait jeudi qu'il fallait qu'elle amène de faïence blanche, une flûte en verre, un panier à pique-nique blanc, qu'il fallait absolument y aller avec quelqu'un du sexe opposé, et qu'elle ne devait pas juste être en blanc, il fallait être chic aussi. La majorité des gens qui ont essayé de s'inscrire sur le site n'ont pas pu et ça a l'air d'être facebook et le bouche à oreille qui ont bouclé les invitations.

Où ça accessible?

Elle insiste aussi beaucoup sur le plaisir de "se réunir dans un endroit public pour faire autre chose que protester". Mais pourtant elle présente tout le concept comme une protestation. Contre la vitesse avec laquelle les gens font les choses (manger/se rencontrer), la mauvaise appropriation de nos espaces publics, et le fait que les gens ne prennent plus la peine de s'habiller chic (!).

Bref, faites des repas aux concepts élitistes tant que vous voulez, mais ne venez pas me remplir avec la pseudo accessibilité.

Surtout venant de quelqu'un qui trouve qu'une réappropriation intelligente de l'espace public passe par des restaurants chics dans des endroits qui pour l'instant ne sont accessibles à personne. Donc accessible pour Lortie ça ne doit pas vouloir dire accessible à tous, mais accessible pour ceux qui peuvent y mettre un certain montant.

Qui dînait en blanc hier au Vieux-Port? Des médecins, des juges, des vice-présidents aux finances, des gestionnaires de fonds, mais aussi des musiciens comme Luc et Susie des Breastfeeders, des chroniqueurs nouvellement végétariens comme Richard Martineau, des arbitres du bon goût comme Geneviève St-Germain, des animateurs de radio comme Philippe Fehmiu et toute la bande de l'animatrice Nathalie Pelletier, dont Isabelle Coulombe, propriétaire de l'auberge de Métis sur Mer et Annick d'Amours et sa magnifique vaisselle.

Malgré la pagaille du début, alors que chacun cherchait sa table, sa chaise, sa place et ses amis, tout a fini par rentrer dans l'ordre. Quelques accrocs vestimentaires, en forme d'espadrilles ou de pantalons cargo, ont été signalés et quelques fautes de goût, en forme de tupperware et de barquettes en plastique, ont été remarquées. Les salades, le saumon fumé et les fromages québécois étaient à l'honneur. De même que les Chablis Premier Cru et le champagne.

Bon gang! Quand est-ce qu'on envahit le Vieux-Port habillé comme on veut avec un pique-nique? Pas sure que pour nous ça va finir aussi bien: Pas un policier à l'horizon. Seulement un gardien de sécurité détendu et souriant.


***

En parlant de réappropriation... Hey uqamienNEs! Le A a été peint au deuxième étage. Tous les murs qui avaient été peints par des générations d'étudiantEs sont rendu d'un blanc immaculé.

Ouf! Je suis restée 2 minutes sans voix devant autant de blanc qui recouvrait tellement de choses. Un gars derrière moi a dit:"C'est de la provoc!"

Provoc ou simple entretien (je sais, je suis naïve des fois), il va falloir qu'on s'y remette^^.

lundi 17 août 2009

Un futur incertain....



Bon, à la base, je ne voulais pas faire un papier sur ce thème... mais comment faire autrement ? tomber sur cette BD Asymptote était un signe qui cadrait trop bien avec les réflexions des enfants de cet été.

Je sais que j'ai été très absente sur le blog cet été, en contre partie, j'étais très présente avec les enfants du camp... Bref, des p'tits j'en vois été comme hiver. Or, cet été, c'est cette notion d'incertain qui m'a troublée.

Ils ne savent plus... Un effet secondaire de la crise économique ? Va savoir....

Mais ils espèrent terminer leurs classe, rester au Canada et espère avoir leur parents en couple encore une année.

Oh ! des espoirs qui n'ont rien de nouveaux, simplement le ton grave...

" tu ne comprends pas, Bambou... c'est sérieux cette fois... même ma mère retourne à l'école. Les temps sont pas facile tu sais"

C'est là que j'ai comprit que l'heure était grave... même l'enfance en était atteinte de cette réalité sale qui nous touche tous à un moment ou à un autre.

Oh ! ils se sont bien amusé... certain en ont vraiment très bien profité...

Mais en septembre, quand je les reverrais eux et leur parents pour prendre le service des repas chaud de la mesure alimentaire, il va y avoir un second degré de gravité que je ne savais pas chez ces enfants. C'est que c'est grave parfois de ne pas être capable de savoir ce que demain va être, autant dans son ventre que dans sa tête.

Parce que c'est ça le problème, limité son présent par incapacité de concevoir le futur.

Mon drame c'était qu'ils espéraient un avenir... c'était bien pire que d'en rêver un aussi vain fut-il.

J'espère avoir assez de rêves pour en semer des millions et qu'a force de rêves, d'en faire une réalité, la leur... la notre.

vendredi 14 août 2009

Les mercenaires

Je suis loin d'être convaincue du bien fondé des forces armée étatiques, mais je ne suis pas convaincue du bien fondé d'un État alors...

Par contre, je suis définitivement contre les mercenaires lors de conflits armés.

Quand je pense à unE soldatE, je pense à unE professionnelLE du conflit armé, avec tout ce que ça comporte; il et elle connaissent leur mission, savent les règles à suivre, et savent que ça fait "partie de la game" de perdre sa vie (un membre? sa santé mentale? Son meilleur ami?). Les débordements existent et je les impute à certaines vicissitudes de la culture militaire en elle-même (des supérieurs qui couvent les frasques de leurs petitEs, une mentalité grégaire, un sentiment de domination envers ceux qui n'ont pas d'armes...), plutôt qu'aux seuls individus.

Mais les mercenaires ne sont pas des professionnels, ils n'ont pas de cadres établis, rien à suivre, personne à écouter, et leurs raisons personnelles dominent complètement "leur mission". Pour couronner le tout, ils sont engagés par des entreprises dont le but est de faire de l'argent (belle tautologie, étonnant que celle-là doive être répétée sans arrêt)!

Un peu de Blackwater pour bien commencer la journée?

Plusieurs des mercenaires employés par M. Prince avaient des problèmes psychologiques, d'alcool ou de drogue. «Des employés disaient être venus en Irak pour tuer le plus de "sales Arabes" possible», note John Doe no1.

Certains directeurs régionaux de Blackwater refusaient d'envoyer ces hommes sur le terrain, mais leurs décisions étaient infirmées par la direction de Blackwater aux États-Unis, qui avait peur de «perdre de l'argent».

[...]Les deux hommes notent que tous les véhicules de Blackwater étaient munis d'une caméra vidéo qui filmait les missions durant la journée. «Chaque soir, les dirigeants de Blackwater regardaient les vidéos. Celles qui étaient jugées compromettantes étaient effacées.»

[...]«En plusieurs occasions après mon départ, la direction de Blackwater m'a personnellement menacé de mort ou de violence, déclare-t-il. De plus, selon des informations provenant d'anciens collègues, il semblerait que M. Prince et ses employés aient tué une personne qui avait fourni de l'information aux autorités fédérales, ou qui prévoyait le faire.»

jeudi 6 août 2009

Merci Daniel!

Je t'aime depuis le tout début. Mes premières années au Québec, quand j'étais une enfant qui parlait français avec un petit accent cassé, et que mes ados de soeurs me faisaient chanter " Sèche tes pleurs " et " Opium " dans notre sous-sol.

Je t'ai suivi partout, même dans cet étrange Déflaboxe dont je ne pourrais plus me passer.

Aussitôt que j'ai eu l'âge de faire mon propre argent, j'ai économisé pour aller te voir, et ta musique a côtoyé sur mes étagères du Nirvana, Pink Floyd, Bérurier Noir, Tupac et Nine Inch Nails.

Signe des temps et de mon affection, tu es également le seul artiste de qui j'achète toute la musique que je possède.

Hier tout était parfait. Toujours ponctuel, souriant, agréable et heureux de nous voir.

J'ai reçu une belle rose blanche, mais elle sera fanée bien avant que j'oublie le souvenir d'une autre soirée spéciale avec toi.

Merci Daniel!

mercredi 5 août 2009

Quand une femme est un dû

Hier en écoutant les nouvelles à Radio-Can, j'ai entendu une nouvelle d'un tireur fou qui était entré dans un cours d'aérobie et qui avait fait trois victimes.

La première pensée qui m'est venu en tête est: "Me semble qu'il ne devait pas y avoir beaucoup d'hommes dans un cours d'aérobie".

Voilà. Trois femmes sont mortes.

Elles sont mortes parce que le type en question était convaincu qu’il devait en posséder une pour être un homme. Elles sont mortes parce qu’il n’avait pas eu de sexe depuis 1990. Elles sont mortes parce qu’il était convaincu que 30 millions de femmes l’ont rejeté.

Évidement, la majorité va mettre ça sur le dos de sa santé mentale chancelante (pour ne pas dire déficiente) sans aller plus loin, mais je reste convaincue dans ce cas là, que ces femmes sont mortes parce que le type ne pouvait pas admettre que ÇA SE PEUT être célibataire, et que ÇA SE PEUT que les femmes puissent décider avec qui elles sont. Que l’eau de Cologne et une petite gueule carrée ne sont pas une garantie d’attraction, surtout quand ça cache un psychopathe.

En plus, vous imaginez comment il devait approcher les femmes? Ça ne devait pas être très attirant merci…

Il n’était pas amoureux, il n’avait pas de peine d’amour (ce qui n’aurai rien rendu plus excusable). Il voulait une femme. N’importe laquelle pourvu qu’elle soit attirante et attentive. Un beau faire-valoir à qui il aurait pu raconter sa dure journée au bureau.

Et j’ai hoché la tête de découragement et de dégoût quand j’ai lu ce que sa voisine en disait. Parce qu’elle ne l’avait jamais vu avec une femme, elle a juste assumé qu’il était gai!

Les raisons pour qu’un cinglé pète sa coche sont plurielles. Mais dans le cas présent, j’en relève deux principales. Cette conviction profonde pour certaines personnes qu’un homme doit posséder une femme, que c’est un dû, c’est « naturel », et cette autre conviction que le célibat est nécessairement une honte, une tare, qu’il faut éviter à tout prix.


***

Dans un autre ordre d'idée, mais sur le même thème, en fin de semaine, je jasais avec un client régulier à mon travail qui s’est surpris parce que j’ai repris son français :

Client amusé : « Tu te permets de reprendre le monde? »

Pwel : -Ben les gens que je connais un minimum oui. Si tout le monde reprenait tout le monde, nous aurions tous un meilleur français

Client réfléchissant : - C’est pas fou ce que tu dis. Moi je corrige seulement ma blonde parce qu’elle éduque mes enfants. Faut qu’à parle bien, c’est une grosse responsabilité.

Pwel, souriant narquoisement : - Tu veux dire que tu corrige ta blonde qui a assez un grand cœur pour éduquer tes enfants d’un premier mariage, leur faire faire leurs devoirs pendant l’année scolaire, leur faire à manger, et les coucher pendant que toi t’es ici à boire?

Client : …

mardi 4 août 2009

Ces proprios qui nous détestent

Nous déménageons en octobre.

Nous voulons céder le bail à quelqu'un d'autre. Ce n'est pas la joie de communiquer avec le gestionnaire du bloc (le proprio n'habite même pas au pays et possède plusieurs immeubles), mais c'est propre, super grand, et bien situé (et surtout, maintenant toutes les réparations sont faites!). Nous savons très bien qu'il peut augmenter facilement son loyer de 300$ ou 400$, nous avons donc décidé de passer des annonces pour trouver des intéresséEs.

J'appelle le gestionnaire pour lui dire et pour lui demander s'il peut fournir la peinture blanche pour les nouveaux-elles qui vont s'installer.

Sa réponse?

"Vous ne pourrez pas le céder, il faut que j'accepte avant."

et

"Je n'ai pas à payer la peinture, votre bail fini en juin. Qu'est ce que ça me fait à moi qu'ils vivent dans la vieille peinture? Légalement vous ne pouvez pas m'obliger."

S'ensuit une autre conversation aux dents serrées où je lui dit qu'il ne peut pas refuser s'il n'a pas de bonnes raisons et que je n'avais pas l'intention de l'obliger, mais que ça serait bien pour les gens qui entrent dans un nouvel appartement. Que ça serait civil quoi.

En fouillant sur le site de la Ligue des proprios de Montréal voici une belle phrase qui illustre bien le rapport qu'on certains proprios quand leurs locataires font preuve d'un peu d'autonomie:

"La notion de"motif sérieux" varie beaucoup d'un régisseur à l'autre, et la possibilité de résiliation varie selon l'attitude socialiste et pro-locataires du régisseur qui entend la cause."

C'est moi ou c'est hostile comme phrase?

mardi 14 juillet 2009

Pratte, les cigognes et les relations causales

Un jour, pour illustrer des relations causales douteuses, une prof nous a parlé de statistiques venant des Pays-Bas. Il paraîtrait que la région où il y a le plus de natalité humaine est aussi la région… où il y a le plus de cigognes qui y habitent.

J’ai eu le même rire pour une autre relation causale douteuse. Malheureusement, celle-là sera écoutée puisque prononcée par la pensée dominante.

Plusieurs pensées pêle-mêle :

-Est-ce que les cégeps sont comptés dans ce savant calcul? Parce que nous n’avons pas le même système que dans leur sacro-saint « reste du Canada ». Et j’ai comme des doutes comme quoi les jeunes ne vont pas au cégep…

-Je pense que la société québécoise ne valorise pas les études, la culture et l’apprentissage comme d’autres cultures peuvent le faire, notamment nos voisins canadiens-anglais.
Est-ce que ça explique notre sous-financement de l’éducation qui est plus important que dans les autres provinces (ça évidemment Pratte n’en souffle mot)?

-Je pense ce n’est plus de l’enseignement qui nous est vendu en études postsecondaires, mais un diplôme. On nous vend un diplôme pour travailler, on a fait des établissements postsecondaires des fours à étudiantEs qui doivent sortir des fournées de travailleurEs. Plein d’étudiantEs ne veulent pas étudier, mais travailler. Pour elles et eux, l’université est un passage obligé, douloureux. On se retrouve avec des gens qui ont soif d’apprendre dans la même pièce que des gens qui ont juste hâte de cracher leur examen dont ils se sont bourré le crâne.

Ce qui m’amène au sujet de la tricherie. Si vous saviez à quel point j’ai constaté de la tricherie à l’université…, c’est vraiment navrant. Des tricheuses et des tricheurs de toutes les classes sociales, de tous les styles, et de toutes idéologies politiques. Mais comparativement à certaines personnes qui préfèrent annuler simplement le cours qu’elles ne réussiront pas ou accepter l’échec en sachant qu’elles vont le reprendre, parce qu’elles voient leurs études sur le long terme, les chasseurs de diplômes n’annuleront pas le cours « ark! Ça va me rallonger! », et ils vont avoir beaucoup moins de scrupule à tricher.

-Les diplômés qui auront un travail vont contribuer, par leurs impôts, beaucoup plus efficacement au système d’éducation qu’en faisant des études à la va-vite (vite faut travailler!) et en ayant de la difficulté à payer leur loyer ET leurs études. Nous allons finir par payer de toute façon alors pas de panique…

-Qui plus est, est-ce qu’il ne serait pas mieux d’avoir des diplômés qui diversifient la sacro-sainte productivité? Ce n’est pas en dilapidant ses ressources naturelles que la Norvège a pu fleurir (et se sortir assez bien de la crise!), mais parce qu’elle investi à long terme dans l’éducation. Ça donne des gens instruits qui sont capables d’innover dans les niveaux supérieurs de l’économie. Pourquoi se contenter d’avoir seulement des mineurSEs quand nous pouvons aussi avoir les concepteurs et conceptrices des machines et des outils?

-Ces dernières années, il y a comme une folie de constructions universitaires… « Il n’y a pas d’argent pour l’éducation », donc les lieux physiques de nos universités doivent se multiplier pour attirer plus de clientèle, pour continuer à être aussi financés. On parle de constructions de plusieurs millions ici, qui ne seront pas utilisables pour les payeurs immédiats. Les étudiantEs de l’Université de Sherbrooke ont payé de leur poche pour voir un nouveau pavillon à… Longueuil. Les étudiantEs ont donc payé pour des installations auxquelles ils et elles n’auront pas accès. On dirait bien que le principe d’utilisateur payeur ne marche que quand c’est le temps de payer, pas de recevoir…

-La main d’œuvre étudiante est une mine d’or pour une partie du patronat. Et la pensée dominante à tout intérêt à la garder disponible et ayant besoin d’argent.

-Question niaiseuse, si je paye mon pain plus cher est-ce que je l’apprécie plus quand je le mange?

Vous voulez rendre l'université plus "appréciée"? Rendez-là plus difficile. L'argent n'a rien a voir dans l'effort requis, donc, dans l'accomplissement.

Louis sur le même sujet

jeudi 2 juillet 2009

Sus aux publicités sexistes!



Je deteste les annonces de Budweiser placardées partout dans la ville. C'est rare que je sens les autocollants me démanger, mais là les publicités courrent après.

Quand même mes copines qui ne se plaignent jamais des publicités sexistes m'appellent pour me demander s'il me reste des autocollants, c'est que la publicité (ou son omniprésence), a frappé fort. Assez pour réveiller certaines consciences.

Gracieuseté du collectif Les délicates attentions. À faire imprimer et coller partout où le besoin se fait sentir. Personnellement, j'adore^^.

Via jesuisfeministe.com

mercredi 1 juillet 2009

Pas sûre…

Même à la distance où nous étions, nous voyions beaucoup de rouge et de feuilles d’érable. Puis se sont détachés un immense drapeau du Canada (pourtant nous avions choisi d'être loin de l’orgie nationaliste), avec un, pas beaucoup plus petit, drapeau du Royaume-Uni qui le suivait.Le groupe était bruyant, et certains éléments semblaient tenir des cadres.

-Namoureux : Argh! Des colonialistes!!! On devrait leur piquer leur Union Jack!
-Pwel (yeux écarquillés) : Ben voyons donc! J’y crois pas!

On s’est approchés pour mieux comprendre, mais quand même irrités en voyant qu’un des cadres transportés était une photo de notre Gracieuse Souveraine :

-Pwel (en souriant) : Heille! Est-ce que vous vous arrangez pour manger une volée?
-Gars dans le groupe (plein de joie) : Vous êtes des Québécois faique vous devez vous mettre à genoux!
-Pwel : Oh! Vous n'êtes pas sérieux? Y’a un concept?! On se disait aussi que des colonialistes avaient l’instinct de survie…
-Fille dans le groupe (ne se peut plus d’avoir du plaisir) : Oui! On est les Jeunes patriotes!

Et ils se sont éloignés dans une masse rouge criant des insultes aux Québécois et acclamant le Parti Libéral et la monarchie anglaise.



Attardons-nous seulement sur ce que j’ai vu de loin, sans même entendre leurs voix.

Des drapeaux canadiens, un drapeau du Royaume-Uni, un cadre avec une photo de la tête de la monarchie anglaise (je me suis fait dire qu’il y avait aussi un cadre d’ Ignatieff).

Je comprends le concept d’une « contre-manifestation ». Il y a de « fausses manifs de droites » très réussies qui étonnent à première vue et qui finissent par faire sourire et réfléchir.

C’est clair qu’il y avait une idée de sarcasme, mais ce n’était vraiment pas évident avant de les voir de près ou de les entendre. La couronne était assez ridicule (et ne ressortait pas bien), mais tout le reste était très crédible. Ça n’avait absolument rien à voir avec des stéréotypes « de droite » qui manifestent en rang, séparés en sexe avec des symboles religieux qui crient « les pauvres dans l’armée! Pas à l’université! ".Le deuxième niveau n’a absolument pas la même profondeur.

Ça aurait très bien pu être une gang d’excités un jour de fête.

C’est beaucoup de préparation pour faire une démonstration d’une ampleur que l’équipe adverse n’a pas fait (ark! Ils ont dépensé pour un Union Jack et un méga drapeau du Canada?!). Et surtout, ce n’était pas clair, ça aurait pu être de la propagande fédéraleuse-monarchiste.

Se déguiser en Canadien fanatique aujourd’hui, ce n’est pas comme leur faire de la pub? Me semble que si j’étais une nationaleuse, la journée où je ne parlerais pas du tout du Canada ça serais aujourd’hui non?

Au mieux c’est une catharsis pour les Jeunes patriotes, au pire c’est une attaque qui se veut blessante, mais maladroitement exprimée (parce qu’au pire pire, c’est perçu comme de la propagande canadienne). Mais ce n’est pas une démonstration aussi efficace qu’une fausse manifestation de droite.

Oh, ils l’ont aussi fait l’année passée, jugez par vous-même.

Et pour la petite histoire, j'ai trouvé ça discutable que la seule démonstration de fédéralisme qui m'ait été imposée aujourd’hui l’ait été par des souverainistes

mardi 30 juin 2009

Québec: république de bananes

Merci Amir pour l'expression^^.

Au moment de déposer la première stratégie minérale de son histoire, hier, Québec n'était pas en mesure de dire s'il voulait ou non que les entreprises minières versent davantage de redevances à l'État. Or, ce printemps, le Vérificateur général Renaud Lachance, dans un rapport accablant sur la gestion des mines par Québec, déplorait par exemple qu'entre 2002 et 2008, 14 entreprises minières n'aient versé aucun droit alors qu'elles cumulaient des «valeurs brutes de production annuelle» de 4,2 milliards de dollars. [...]

Selon la loi actuelle, Québec peut réclamer 12 % des profits des entreprises minières.

Il est là l'argent, il existe (pour les gens!). On peut tu arrêter le mythe des compagnies à qui il faut réduire le fardeau fiscal sinon elles ne viendront plus?

Les compagnies viennent ici à cause des ressources naturelles du Québec et aussi à cause du coût de l'électricité.

En plus l'exploitation des ressources naturelles, c'est le plus bas dans la chaine alimentaire de l'économie, c'est également des domaines qui ne demandent pas tant de main d'oeuvre... C'est pourquoi la république de bananes. L'argent sort et ne rentre pas dans les poches de l'État.

Ne nous prenez pas pour des cons. Vous dites que le Québec doit s'enrichir et prospérer? Commencez par là où il y a de l'argent et redistribuez-le dans la société (les gens!). Personnellement, je refuse d'embarquer dans le grossier mensonge des Legault et Charest de ce monde pour qui certains doivent suer et d’autres doivent juste prospérer.

jeudi 25 juin 2009

Forces de l'ordre et politicienEs entrepreneurEs: mini revue de presse

Tout a débuté vers minuit lorsque deux jeunes femmes âgées de moins de 25 ans ont commencé à se quereller sur la rue Sherbrooke, près du boulevard Pie-IX. Une quarantaine de policiers armés de matraques ont alors encerclé les deux jeunes femmes et les ont clouées au sol, ce qui a suscité l'indignation chez des amis des suspects et chez de simples passants.

Je ne sais pas si je suis rassurée ou non de savoir que nos belles forces de l'ordre sont aussi lousses avec des citoyenEs saouls qu'avec des citoyenEs qui manifestent... Mais ils ne prennent pas de chance, c'est sur qu'à 40 contre 2 chacun chacune des agentEs ont pu avoir un peu d'action dans leur soirée: "Y'avait 2 personnes dangereuses, on les a pogné à gang pis on leur a montré à respecter les réglements municipaux!"

***

Et billet de Chantal Hébert qui écrit à propos de la "mentalité d'entrepreneur". Alors si je comprend bien, pour unE entrepreneurE, peu importe l'équipe, l'important c'est de gagner? Est-ce qu'on peut blâmer notre système parlementaire où l'opposition ne fait que... s'opposer? Est-ce qu'on peut blâmer le fait que vieux partis commencent tellement à bien s'imiter qu'ils deviennent interchangeables? Est-ce qu'ont peut blâmer la construction de la nature de l'entrepreneurE? Ah pis je me sens de bonne humeur, je blâme le tout.

François Legault expliquait combien il était contre-nature pour un entrepreneur comme lui d’avoir passé six ans dans l’opposition. Les gens d’affaires, expliquait-il, sont davantage prédisposés à l’action qu’à la critique.

En l’écoutant, j’ai eu une pensée pour Belinda Stronach et David Emerson, ces deux recrues-vedettes fédérales du monde des affaires qui ont écrit une page de l’histoire des transfuges politiques en quittant leurs partis d’origine pour siéger ou continuer de siéger au cabinet plutôt que sur les banquettes de l’opposition.

dimanche 14 juin 2009

Nos nationaleux

Ark. Juste ark.

À croire que la St-Jean leur appartient, qu'ils ont pissé dessus. Ben en fait c'est pas mal ça qu'ils font...

vendredi 12 juin 2009

Nous sommes devins

Heille la gang de militants et de militantes en carrés rouges... Nous sommes des devins! Malheureusement, c'est un autre exemple où avoir raison n'est pas plaisant.

Tout indique que le gouvernement Charest entend maintenir le rythme des hausses des droits de scolarité de 100 $ par année après l'année 2011-12, c'est-à-dire au-delà des cinq années de hausses annoncées lors de la campagne électorale de 2007. [...]

Or, l'UQAM comptabilise des hausses de 100 $ par année jusqu'à la fin de son plan de retour à l'équilibre, en 2015-16, et ce, après avoir collaboré étroitement avec le ministère pour valider son plan.

jeudi 11 juin 2009

Masculinisme, mysogynisme, machisme... même combat?

J'ai commencé par écrire ça comme une réponse à l'Agitateur dans un billet passé. Puis ma réponse était tellement fournie que je la transfère en billet.

Je ne vois pas de discours essentialiste ici. D'ailleurs, je connais des hommes qui sont plus féministes que des femmes, alors l'essentialisme, bof....

C'est un excellent rapport, mais je ne vois pas en quoi il vient dire que la discrimination que les hommes vivent est de la faute des femmes. Au contraire, c'est 49 pages qui viennent juste appuyer ce que je dis.

Le patriarcat est un poison pas seulement pour les femmes qui y sont oppressées (actes/paroles/pression sociale/jobs...) mais également pour les hommes qui y sont maintenus dans le rôle soi-disant "naturel".

Quand je lis le rapport, je lis:

Qu'ils demandent moins souvent de l'aide, que les pourvoyeurs de services les discriminent parce que justement en tant qu'hommes ils sont censés en avoir moins besoin. Ils s'entourent moins, se lancent plus dans les paradis artificiels, se retrouvent plus dans des situations de violence (souvent en tant qu'agresseur), ont moins souvent accès à l'aide juridique (mais on se rappelle qu'ils ont, majoritairement, plus de revenus), ils sont surpris quand leur conjointe se séparé (même si ça faisait longtemps qu'elle en parlait),sont plus enclins à permettre à la mère d'avoir un accès à l'enfant après la séparation, ont le plus souvent pas de pension alimentaire (voir mon contre argument économique plus haut), sont victimes de fausses allégations de violence conjugale, et se sentent floués dans les jugements de garde (ils se sentent... ce n'est pas la réalité comme le même texte le dit lui-même).

Bref, la seule discrimination que je lis ici a un lien direct avec la position privilégiée que le groupe des hommes a toujours eu par rapport aux femmes:
Ils se font moins bien recevoir par les donneurs de services... parce qu'ils sont la cause de plus de violence et parce qu'"un homme n'a pas besoin d'aide".
Ils reçoivent moins d'aide juridique et moins de pensions alimentaires... parce que malheureusement pour tous, même avec un salaire minable ils font plus d'argent que leur conjointe.

Et par rapport aux décisions des tribunaux qui statuent sur la garde des enfants, je te cite la p.18 du rapport:"l’analyse des dossiers ne démontre pas que les décisions rendues par les tribunaux favorisent les mères au détriment des pères".

Eh oui, les propos masculinistes ont tout à voir avec les propos machistes et misogynes; ils essaient de mettre sur le dos des femmes les difficultés vécues par une minorité d'hommes. Ils essaient de faire passer le féminisme comme un système oppresseur qui a l'État dans sa petite poche, c'est mensonger.

Le deuxième lien que tu m'as fourni en est un excellent exemple. Les petits garçons prennent du ritalin? C'est de la faute de l'école qui est trop féminine! Les hommes ont plus d'idées suicidaires? C'est parce que les services sociaux sont faits pour les femmes! Les hommes finissent moins leur secondaire? C'est parce qu'ils sont exclus du système (d'ailleurs, il n'y a pas de source pour cette belle affirmation)! Les hommes portent moins souvent plainte pour violence conjugale? C'est parce que le système avantage de toute façon les femmes! Pis en plus, les groupes de femmes sont plus financés que ceux d'hommes, c'est tu pas écoeurant (ça vous passe pas par l'idée que les femmes, ça fait des siècles qu'elles s'organisent en groupes, quand l'État s'en est mêlé, il n'a que donné des sous)?!

Je pense que la société peut juste gagner avec des groupes d'hommes qui se questionnent sur "la condition masculine et la masculinité". Il faut que eux aussi s'auto définissent et se questionnent sur les rôles que le patriarcat les oblige à jouer et dans lesquels ils sont aussi prisonniers que les femmes. Mais se placer en antagonisme avec les femmes ce n'est pas seulement anticonstructif, c'est retomber dans le vieux piège du patriarcat.

Et en attendant on est tous obligés de se tapper des pubs aliénantes de pitounes soumises (les plus déshabillées possible) et de pauvres tarés qui ne sont même pas capable de poser une tablette ou de laver le bain. Un monde ou Namoureux avec son DES et son travail dans un domaine masculin gagne plus d’argent que des hygiénistes dentaires.

No Pretence



Via La Commune

jeudi 4 juin 2009

La technicienne en moi... (Je vous parle)

Est un mythe.

Gang, j'ai joué avec le blog et là en voulant le faire revenir à la normale j'ai l'impression de l'avoir déconnecté de google analytics, ou pire, j'ai tout mêlé mes codes.

Lecteurs, lectrices,

est-ce que vous pouvez seulement faire un "allo/yo/pfff t'es dont ben pas bonne!" dans la section commentaire pour que je sache que je ne suis pas tombée dans un vide intersidéral comme google analytic semble vouloir me le faire croire?

Merci

(Heille c'est rare que je vous parle pour avoir des réponses... faudrait pas en faire une habitude je pense...^^)

lundi 1 juin 2009

J'ai envie de vomir

Je sens que la notion de "terroriste" va s'en trouver (encore) plus élastique... (Comme celle de "crime haineux?")

Et devinez qui en rajoute?

Mon parti ne prétendra jamais être l'unique véritable défenseur d'Israël dans le milieu politique canadien, car je ne veux pas que mon parti soit seul dans la défense d'Israël, je veux que tous les partis défendent Israël.

Pourtant, il me semble qu'Israël est assez grande pour se défendre toute seule non? (Avec ses armes vendues par d'autres...)

J'ai souvent honte des paroles du "Canada" depuis quelques années...

dimanche 31 mai 2009

Centre social autogéré: éviction brutale

Le 30 mai 2009 à 16h45 – pour diffusion immédiate. Les escouades d’anti-émeute ont brutalement évincé les gens qui occupaient l’édifice au coin de Saint-Patrick et Atwater cet après-midi. Hier soir, une centaine de personnes ont pris le bâtiment pour y installer le Centre social autogéré. A l’heure qu’on est, toutes les personnes qui étaient à l’intérieur ont réussi à sortir du bâtiment et à rejoindre la manifestation d’appui. Celle-ci, forte de quelques centaines de personnes, a présentement pris la rue.

Vers 15h, les policiers ont promis qu’ils allaient discuter avec les « diplomates » du Centre social avant d’intervenir. Au moment du rendez-vous, la police a foncé sur la clôture qui entoure la cour. A ce moment-là, plusieurs dizaines de personnes, dont quelques familles avec jeunes enfants, profitaient du soleil pour jouer de la musique, jaser ou manger. Les policiers ont coupé le cadenas de la clôture, ils ont foncé sur la porte d’entrée du bâtiment tout en lisant le premier avis d’éviction reçu par les occupant.es. [...]

Nous avons su que la police tente de justifier ses actes illégitimes auprès des médias.
[...]

Pour plus d’informations aujourd’hui contactez les porte-paroles aux numéros suivants :
514-623-5126
514-623-5163
647-637-1736


Déclaration publique d’appui: (signer la pétition)

MANIFESTATION D'APPUI ET DE PROTESTATION:
Mardi le 2 juin 18h00
Devant la mairie d'arrondissement du sud-ouest
815 Bel-Air, près du métro Lionnel-Groulx.

www.centresocialautogere.org

jeudi 28 mai 2009

Je signe la Pétition Villanueva

Les signataires demandent à l'Assemblée nationale de demander au gouvernement du Québec, Jean Charest et au ministre de la Sécurité Publique, Jacques Dupuis :

* qu'ils assument les frais judiciaires des familles des victimes
* qu’ils approuvent l’adoption d’une loi faisant en sorte que lors d’enquête publique impliquant des policiers, que les frais de représentations légales des citoyens soient remboursés par le gouvernement
* que des mesures ordonnant des conditions de préparation et une représentation juridique égale pour tous, soient appliqués au plus vite.
* que la politique ministérielle, permettant aux policiers d’enquêter sur d’autres policiers, soit remplacée par une loi ordonnant la formation d’une unité d’enquêtes spéciales composés de civils, dont le directeur aurait le pouvoir de porter des accusations et non le coroner.

De plus, nous demandons une mise à jour du système déontologique policier qui doit tenir compte du contexte psychosocial lors d'intervention policière.

Je signe la Pétition

Pause Indochine et soupir féministe

J'ai un billet qui me trotte en tête depuis quelques jours. Quand j'ai lu anarchomachin (Merci Farruco^^)commenter sur le masculinisme avec une hargne toute antiféministe, quand j'ai lu Martineau encore étaler son idée de nature sur les femmes (qui sont naturellement comme-ci ou comme ça). Il y a Jarislowsky qui se fait défendre par une majorité, et James Inhofe qui se sent assez lousse pour dire qu'une juge de la Cour suprême pourrait être influencée par "sa race et son sexe".

Come on!

Et lui n'est surement pas influencé par le fait d'être un homme blanc?!

Dommage que je sois dans le jus de fin de session et de début de session d'été, parce que je suis obligée de me retenir dans ma rédaction.

Bref, ne soyez pas naïves et naïfs. L'antiféminisme a le gros bout du bâton. Il est socialement mieux accepté que le féminisme, il réussit des miracles de manipulations de l'histoire (l'école dominée par les femmes?! Elle est bien bonne celle-là quand on sait que les femmes ont depuis longtemps été reléguées à l'éducation des jeunes... et toujours sous-payés), et profite d'une plus grande place puisque plein de ceux et celles qui peuvent le plus se faire entendre sur la place publique défendent ces idées.

Pire, les antiféministes ont réussi à faire croire qu'il y a maintenant une discrimination contre les hommes. Certains et certaines cachent même leur antiféminisme sous un beau verni égalitaire. Ils se disent plus féministes que les féministes.

C'est une belle preuve que l'antiféministe a toujours le gros bout du bâton. Aujourd'hui, les femmes sont encore celles qui sont les plus pauvres, les plus souvent monoparentales, les moins éduquées, qui sont le plus souvent les "aidants naturels", qui sont le moins en position d'autorité dans les hiérarchies du monde du travail, qui sont le plus souvent victimes de violence conjugale, qui meurent le plus de violence conjugale, qui risquent le viol et dont les comportements sont les plus surveillés et balisés. Mais, les antiféministes ont assez de place et sont assez bien vus pour nous dire que présentement les hommes ne savent plus qui ils sont et que c'est de la faute des femmes qui prennent toute la place.

Watch out!



Un clip d'Indochine (Oh yeah!), réalisé par P.Boivin (On se rappelle de Phylactère Cola! Ça y est je m'ennuie de Québec...). Sa carrière est vraiment lancée, et c'est une très bonne chose pour nous qui allons profiter de toutes les belles choses qu'il va créer.

J'ai assez perdu de temps... Allez je dois tuer H09.

vendredi 22 mai 2009

Des choses que j'aime entendre dans les murs du Parlement

Vous étiez banquier, vous êtes maintenant au sommet ou enfin dans la direction de Power Corporation, une multinationale tentaculaire, qui a un pouvoir économique et politique considérable dans ce pays. Vous êtes donc de la race de ces élites économiques que les évangélistes du libre-marché érigent en gloire, chantent la gloire, mais qui sont devenues ces nouveaux monarques qui se croient tout permis et au-dessus de tout jugement.

M. Bernier de Monmorency... Pfff! N'importe quoi! Il a été choqué parce qu'il n'y avait pas de tapis rouge pour son idole H-P Rousseau.

Le président de la comission, M.Paquet de Laval des rapide: C'était des vrais mots parlementaires, c'est parce qu'ils ne disent pas ce que vous aimeriez qu'ils vous choquent.

Via C. Vanasse

vendredi 15 mai 2009

coming out !


Bon, mettons que si je n'avais jamais fait ce stupide test FB (facebook) je n'aurais jamais mais alors là, jamais pensée que ce cachais en moi un maître Jedi (oooh la classe)

mais ce fut le cas... oui, si FB le dit c'est que c'est un peu vrai... du coup j'étais petite et verte et je clamais que j'étais Jedi.

Mettons aussi que j'ai beaucoup d'imagination et surtout que je travaille avec des enfants, ça passe plutôt bien.

On s'entend... c'était pour rire... 

mais je pensais pas que ça pouvait l'être un peu moins pour d'autres.... j'suis troublée quand même un peu.... ICI pour la suite...

samedi 9 mai 2009

Coup de coeur !


Oui, j'ai eu un coup de coeur ! Mais comment je pouvais résister avec ces paysages de chez nous et sa fraîcheur qui vient de la baie des chaleurs ? Je pouvais pas... Complètement gaga. 

L'image que j'ai choisi est un peu une pub d'un festival que j'ai suivit, participé et tant aimé. Bref, elle a fait une belle affiche ;P

Mais honnêtement, voir en BD son coin de pays, ça fait plaisir !

vive Orbie !!!


vendredi 8 mai 2009

Molly l'anarchiste

J'ai failli appeler ce billet:" La vache qui aurait aimé être un phoque". Comprendra qui veux bien.

Petite Molly d'un an à peine. Elle s'est battue contre le déterminisme de son état de bovin (snif, c'est beau hein?). Elle s'est sauvée avant son abattage, a fait courrir les forces de l'ordre après elle, et a finalement été attrapée après six heures de course folle.

(Pas la bonne mais l'image est belle^^.)

Elle va maintenant habiter dans une ferme et ne courra plus le danger d'être dans nos assiettes. Dommage que ses collègues ne l'aient pas suivi dans sa rebellion... Quoique je doute qu'ils aient été aussi indulgents avec un troupeau complet.

Pixar? T'es où quand on a besoin de toi?

dimanche 3 mai 2009

Le libéralisme va bien

Ce texte m’a rejoint parce que j’ai un malaise grandissant par rapport à tous ces gens qui pensent que le libéralisme est en crise. Hasard, c’est un enseignant que j’ai déjà eu qui l'a écrit (on s’attache^^).


Quelle crise du libéralisme?

[...]les bases de légitimité du libéralisme économique apparaissent toujours aussi solides, n'en déplaise à ses contempteurs. Trois éléments viennent accréditer la thèse: le rôle de l'État, la centralité de la concurrence sociale et, enfin, le règne de la société de crédit. [...]

Bref, il n'y a plus d'argent pour soigner, éduquer et protéger les citoyens. La sphère sociale doit se débrouiller par elle-même. Par contre, les crédits sont presque illimités pour la sphère financière. Banques, compagnies d'assurance et constructeurs automobiles (qui sera le prochain?) se voient offrir des largesses impensables quand il s'agit de soigner et d'éduquer les êtres humains. L'État providence se transforme en État protecteur du marché et de la finance. Nous sommes bien loin d'un recul du libéralisme. Plus que jamais, l'acteur étatique est à son service.

Il ne faudrait pas non plus sous-estimer à quel point l'idéologie néolibérale de la concurrence est profondément ancrée dans nos sociétés. Le devenir de l'individu repose désormais uniquement sur lui-même. [...] Il se doit donc d'être compétitif, car il est en concurrence. S'il échoue, personne sauf lui n'en sera responsable. Ce discours dominant trouve ses origines directement dans le néolibéralisme. Il a aussi pour effet de justifier les inégalités sociales: «Vous êtes pauvre? C'est que vous n'avez pas fait les bons choix.» Il fallait plutôt viser un emploi comme gestionnaire en finance!

Dernier élément à venir consolider la thèse de la solidité du libéralisme économique: les solutions de sortie de crise envisagées. Les taux d'endettement individuel n'ont jamais été aussi élevés, bien que les familles n'aient jamais eu aussi peu d'enfants. Il existe des différences nationales; néanmoins, nous avons affaire à la même dynamique partout [...]. Mis à part les centaines de milliards en fonds publics, on nous annonce qu'il faut débloquer le crédit. Pour quoi faire? Pour que les gens encore plus endettés contribuent à faire fonctionner le système.

Ce système est bel et bien malade, il préside à la déstructuration de nos sociétés. Néanmoins, l'idéologie qui le légitime se porte plutôt bien. C'est pourquoi on tente de résoudre la crise actuelle à partir de recettes économiques libérales. C'est une erreur de penser que, parce que la finance et l'économie sont affaiblies, le libéralisme l'est tout autant. La crise nous révèle, au contraire, toute sa puissance.

Jean-François Lessard